Accueil » NEWS » Gérer son budget

Gérer son budget

Gérer son budget dépend avant tout de l’aspect psychologique. Les croyances de chacun ont un impact dans la gestion des finances personnelles. Et beaucoup de personnes ont du mal à gérer leur argent du fait de fausses croyances et de mauvaises habitudes. Ce sont les croyances transmises par le milieu familial et la société. Elles influencent nos décisions au quotidien et souvent de manière inconsciente, du genre « pour être riche, faut magouiller », « la Bourse, c’est la roulette russe », « payer un loyer, c’est perdre son fric », ou encore, « les cartes de crédit, c’est de l’arnaque ».

En guise de sommaire :

  • C’est quoi un budget ?
  • Pourquoi tenir un budget ?
  • Comment tenir un budget ?
  • Que changer chez soi ?

Pour la plupart des personnes gérer son argent consiste à :

  • Biffer les relevés du compte bancaire avec l’angoisse de mauvaises surprises,
  • Transférer de l’argent du livret d’épargne pour combler un découvert,
  • Appeler le banquier avec la honte du découvert,
  • A parti du 15 du mois, s’inquiéter et vérifier que l’on est pas dans le rouge.

Pour la plupart, suivre ses comptes, c’est juste veiller au découvert… C’est subir le poids de dépenses mal gérées . Pas vraiment satisfaisant, non ?

Paradoxalement, notre époque, notre système économique et social  devraient nous obliger à anticiper notre budget, nos revenus, nos dépenses. En effet, les accidents de la vie (maladie, perte d’emploi) nous concernent tous et peuvent nous mettre dans une situation financière difficile. Par ailleurs, surendettement et rachats de crédit touchent de plus en plus de familles et les crédits à la consommation sont bien souvent des pièges.

Une étude Purchasing Power Europe 2020 réalisée par GfK montre que le pouvoir d’achat des Français a reculé de 4% en 2020, en raison de la crise sanitaire et ce, malgré les mesures de soutien du gouvernement. « La crise du coronavirus a eu un effet significatif sur le revenu net disponible des ménages », explique le rapport.

A la demande de Sofinco, l’institut français pionnier dans la tenue de sondages d’opinion, OpinionWay, s’est intéressé aux dépenses des Français pendant le confinement et sur leur possible évolution après le confinement. Voici la perspective :

Interrogés sur leurs craintes liées à la sortie du confinement, les répondants sont 89 % à redouter une crise économique sur le long terme, 82 % à redouter une hausse des prix sur les produits de première nécessité et presque autant à craindre que la crise économique ait un impact sur leur niveau de vie.

OpinionWay

Une éducation financière n’a jamais autant été nécessaire !

Voilà justement quelques chiffres qui font toujours grincer des dents sur la différence entre riches et pauvres : Ces chiffres sont issus du dernier rapport Oxfam France publié à la veille du rassemblement des décideurs économiques de Davos en 2020.

  • Les richesses des 1 % des plus riches de la planète correspondent à plus de deux fois la richesse de 90 % de la population.
  • Il y a seulement  2 153 milliardaires dans le monde, qui possèdent plus de richesses que 4,6 milliards de personnes, soit 60 % de la population mondiale
  • Enfin dernier chiffre qui horrifie les féministes : les hommes détiennent 50 % de richesses en plus que les femmes dans le monde.

Le célèbre livre « Père riche père pauvre » de Robert Kiyosaki se base sur les différences d’éducation dans les familles pauvres et les familles riches. La richesse, ça s’apprend et malheureusement, les parents pauvres n’éduquent pas leurs enfants à être riche ! dit-il.

R.Kiyosaki

Le monde est fait pour les riches, gouvernés par les riches. Et ce sont les pauvres qui doivent payer pour les riches tout en étant enfermés dans leur routine quotidienne: métro, boulot, dodo, mais aussi paiement des factures et des crédits.

Une des idées principales de ce livre « Père riche père pauvre » est que l’écart entre riche et pauvre est soutenu depuis des décennies par un système éducatif qui ne nous apprend pas les bases de l’argent et du monde de la finance. L’objectif de l’école, c’est de vous former à être de très bons employés, pas de très bons patrons ou de très bons investisseurs, dit Kiyosaki.

Il introduit également la différence entre un actif et un passif.

Un actif est une possession qui permet de générer un revenu à son propriétaire, un passif est une possession qui va au contraire générer des dépenses. Ainsi, un investissement locatif est un atout, un actif : le crédit va être payé grâce au loyer des locataires et vous pouvez même faire une plus-value chaque mois.


1/ Alors, c’est quoi un budget ?

Le budget est un outil concret pour mettre l’argent au service de votre vie. Un budget est toujours fondé sur deux éléments : les ressources et les dépenses. Des ressources et des dépenses qui doivent s’équilibrer. A titre d’exemple, amusez-vous à comparer les % de vos postes de dépenses avec le budget type des ménages français en 2018 :

2/ Pourquoi tenir un budget ?

  • Pour se confronter « à la réalité » douloureuse ou angoissante parfois et déterminer son « reste à vivre ».
  • Maîtriser son épargne, anticiper les découverts et éviter le surendettement.
  • Supprimer les petits achats invisibles et équilibrer ses ressources et ses dépenses.
  • Savoir remettre en cause ses habitudes : mieux consommer.
  • Surtout préparer l’avenir et faire fructifier son argent par exemple investir avec des effets de levier.
  • Diversifier ses ressources.
Pierre Ollier

3/ Comment tenir un budget ?

1/ Faire régulièrement un bilan de votre situation financière.

POUR ACTION (chaque semaine, chaque mois). Faire l’état des lieux. Comparez votre bilan (vos postes de dépenses et vos ressources) avec vos relevés bancaires afin de vérifier que vous n’êtes victime d’aucune escroquerie. Il est également utile de jeter régulièrement un coup d’œil au solde de votre compte, pour vérifier que vous n’êtes pas à découvert et ainsi éviter de payer des frais supplémentaires (agios). Le montant de votre solde vous aidera également à résister à un achat peu raisonnable. Une appli sur votre smartphone vous aidera grandement et simplement.

Remarque :  Dans l’idéal, ne jamais dépendre d’une seule source de revenu, d’un salaire par exemple. Règle très peu respectée. Ce devrait être un objectif pour tout jeune ménage…

2/  Revoir les postes de dépenses et re-négocier les contrats des charges fixes.

Les charges fixes : loyer, impôts, électricité, téléphone, assurances… leur paiement est obligatoire et prioritaire afin d’éviter les ennuis. A vous, chaque année de revoir chacun de ces contrats. C’est là que vous pouvez économiser de l’argent. Vous pouvez utiliser des sites comme Origame.fr pour gérer facilement vos abonnements.

Les charges courantes peuvent varier d’un mois à l’autre. Elles assurent le quotidien : produits alimentaires et d’hygiène, transports… Il est difficile de réduire ces charges là. Néanmoins pour les « Cigales » il est possible de recourir au Drive pour réduire les dépenses alimentaires. Accessoirement votre liste de courses pourra tenir compte de la valeur nutritionnelle des aliments.

En cas de difficulté, il vaut mieux rogner sur les charges occasionnelles qui sont irrégulières, optionnelles et d’un montant variable : loisirs, vacances, ameublement… Elles peuvent être reportées.

Gérer son budget c’est commencer par se demander quelles catégories de dépenses sont essentielles, et lesquelles sont moins importantes ?

Par exemple il est possible d’annuler tout abonnement qui ne soit pas absolument essentiel. Si vous êtes abonné à des services que vous n’utilisez pas, prenez 10 minutes de votre journée pour résilier une bonne fois pour toute.

Ou bien utilisez une appli comme Origame et identifiez vos abonnements trop chers.

  • Gérez vos abonnements, sans prise de tête, depuis un seul endroit.
  • Soyez notifié avant une hausse de prix et ne vous faites plus avoir !
  • Réduisez vos factures sans rien faire en vous simplifiant les démarches administratives !
  • Résiliez en 30 secondes vos abonnements inutiles.
  • Divisez par 4 vos dépenses en partageant vos abonnements multimedia. Grâce au co-abonnement, c’est si facile d’économiser. Partagez votre abonnement en quelques minutes et partagez les frais !

3/ Mensualiser les charges.

Pour régler les charges, le mieux est d’opter pour la mensualisation. Cela vous évite d’avoir à anticiper une importante sortie d’argent une fois par an ou par trimestre.

4/Mettre en place des virements automatiques.

L’automatisation de vos finances vous fait gagner du temps et vous évite des soucis. Cela va de pair avec la mensualisation.

5/ Gérer les comptes en banque avec une appli.

«Demain les agrégateurs pourront prendre en charge votre épargne et la prévention des découverts. Ils pourront vous suggérer des virements auxquels il suffira de répondre par oui ou non dans votre application. Ce sera un vrai service», affirme Julien Maldonatto, associé chez Deloitte.

Parmi les agrégateurs de comptes, ces applications permettant de suivre tous ses comptes bancaires (même de différentes banques) sur une seule application, l’application Bankin’ fait figure de leader.

Appli Bankin’

L’application Bankin dispose de nombreuses fonctionnalités, dont :

  • Catégorisation des dépenses : chacune des dépenses est classée dans la catégorie qui lui a été attribuée. Le client n’a plus besoin de faire ses comptes car il obtient directement le détail par poste : courses, transport, loisirs …
  • Prévision du solde de fin du mois : à tout moment, l’utilisateur connaît la position de ses comptes en temps réel et consulte en même temps un prévisionnel pour connaître la position du compte en fin de mois.
  • Effectuer des virements : la souplesse de Bankin’ permet de réaliser en quelques clics des virements entre les comptes ou en direction de comptes tiers.
  • Suivre son épargne : l’application Bankin’ propose des graphiques simples et clairs qui permettent de suivre l’état de l’épargne au plus près.
  • Un coach à disposition : Bankin’ met à la disposition de ses clients un coach qui vous donne des conseils pour mieux gérer votre argent.

 6/ Utiliser la méthode des 50/30/20.

La règle vous propose d’allouer 50% de votre budget aux dépenses “essentielles”, 30% aux dépenses “plaisir” et 20% à l’épargne (ou au remboursement de vos crédits si vous en avez).

Cette règle est particulièrement adaptée à ceux qui débutent dans la gestion de leur argent et qui souhaitent se lancer doucement avant de suivre leur budget de manière plus complète. Voir le modèle de Moneylo ci-dessous.

moneylo

7/ Se méfier des biais psychologiques qui vous font perdre de l’argent.

Un biais cognitif est une distorsion dans le traitement cognitif d’une information. Le terme « biais » fait référence à une déviation systématique de la pensée logique et rationnelle par rapport à la réalité. Les biais cognitifs conduisent le sujet à accorder des importances différentes à des faits de même nature et peuvent être repérés lorsque des paradoxes ou des erreurs apparaissent dans un raisonnement ou un jugement. Wikipedia

Ces biais cognitifs peuvent être organisés en quatre catégories :

Brut.

Voici quelques biais psychologiques qui vous font perdre de l’argent :

Le biais de rationalisation post-achat

Il vous poussera à trouver des arguments rationnels pour éviter de vous sentir mal par rapport à un achat d’impulsion (« il était en soldes », « j’en avais de toute façon besoin », etc

=} Si vous hésitez à le garder, c’est probablement que vous feriez mieux de le rendre. La plupart des achats de produits physiques non consommables vous permet une période d’au moins 14 jours pour un échange ou remboursement.

L’actualisation hyperbolique

Si on vous laisse le choix entre deux récompenses, vous aurez plus facilement tendance à préférer celle que vous pouvez recevoir tout de suite, même si la récompense plus éloignée dans le temps a plus de valeur.

Le biais d’ancrage

L’ancrage est un biais cognitif qui fait que nous avons du mal à nous défaire de nos premières impressions, et à ne pas les prendre en compte dans nos prises de décisions.

Ainsi, le premier chiffre que vous voyez peut influencer tous ceux qui suivent. Si ce premier ancrage est un chiffre élevé, il est très probable que vous dépensiez plus que d’habitude.

=} Le meilleur moyen d’éviter le biais d’ancrage est de faire plus de recherches avant d’acheter. Cela vous permettra de nuancer le premier prix que vous avez vu avec d’autres possibilités plus réalistes.

La théorie des perspectives

Selon la théorie de la perspectives, les êtres humains préfèrent prendre leurs décisions en fonction des gains potentiels plutôt que des pertes possibles, et ce même si le résultat est le même.

=} Pour éviter de ce faire piéger par la théorie des perspectives, il est primordial de faire appel à des avis extérieurs.

Le biais de confirmation

Le biais de confirmation est très fréquent (il est parfois appelé biais de confirmation d’hypothèse) il peut être défini par la tendance à ne voir et n’écouter que les faits qui confortent nos points de vue déjà existants.

Par exemple, vous vous dites qu’investir en bourse est trop risqué. Et même si des milliers de contre-arguments très valides existent, vous risquez de donner bien plus d’importance à l’histoire d’une seule personne qui a tout perdu sur les marchés financiers.

=} Un bon exercice est de rechercher les arguments les plus solides que vous pouvez trouver contre les opinions que vous avez,

L’effet autruche

Lorsque nous devons faire face à de mauvaises nouvelles, nous préférons les ignorer voire ne pas les écouter, comme si le fait d’ignorer le problème pouvait le faire disparaître.

Un autre exemple commun : les personnes qui refusent de faire des examens médicaux par peur de découvrir qu’ils souffrent d’une maladie grave.

Le biais de Statu Quo

Les êtres humains sont des créatures d’habitudes. Nous avons tendance à nous en tenir à ce que nous connaissons, même lorsqu’il existe de nouveaux choix plus judicieux.

Le problème, c’est que s’en tenir au statu quo peut parfois être coûteux. Par exemple, quand :

Vous avez le même abonnement internet ou de téléphonie alors qu’il existe aujourd’hui beaucoup de forfaits bien plus rentables

4/ Alors, que changer chez soi ?

1/ Changez d’abord votre rapport à l’argent !

L’éducation financière n’étant pas enseignée en France, difficile de changer sa façon de voir les choses et de créer une relation saine avec ses finances.

En réalité, la plupart des personnes comprennent et connaissent les bases de l’argent : gérer son budget, liquider ses dettes, épargner, investir.

Mais pourtant, beaucoup ne suivent pas ces conseils. Car ils se représentent mal ce qu’une bonne gestion de leur argent peut réellement apporter à leur vie.

C’est pourquoi, avant de prendre comme résolution de prendre vos finances en main, il est important de comprendre ce rapport émotionnel et de changer votre façon de voir l’argent.

Voir l’argent comme un outil !

C’est certainement la façon de penser la plus importante que vous pouvez avoir en ce qui concerne vos finances personnelles.

Nous sommes beaucoup trop nombreux à voir l’argent comme une contrainte, un obstacle qui nous empêche d’avancer vers nos objectifs.

Mais bien au contraire l’argent est un excellent outil pour vous aider à atteindre vos objectifs et à développer votre liberté.

En faisant de l’argent votre outil, vous avez la possibilité de créer le style de vie dont vous rêvez. Et c’est votre liberté financière qui vous permettra d’y arriver.

Et quand on parle d’argent comme un outil, cela veut également dire que l’argent n’est pas un objectif en soi. Un nombre sur votre compte en banque, aussi gros soit-il, ne participe absolument pas à votre épanouissement personnel si celui-ci n’est pas utilisé intelligemment.

Quand on comprend que l’argent n’est pas une obstacle mais bien un outil pour vous aider à réaliser vos projets, le sujet en devient d’autant plus passionnant.

2/ Ensuite formez-vous !

D’abord vous pouvez lire le livre de Ramit Sethi qui se présente comme un programme de 6 semaines pour améliorer simplement vos finances.

Le gros avantage, c’est que vous pouvez mettre en pratique les différentes étapes présentées au fur et à mesure de votre lecture.

Semaine 1 : « Stoppez l’hémorragie » et optimisez vos moyens de paiement

Semaine 2 : Ouvrez les bons comptes en banque (et négociez les frais)

Semaine 3 : Ouvrez un compte d’investissement pour placer votre argent (même quelques euros)

Semaine 4 : Prenez conscience de vos dépenses

Semaine 5 : Automatisez vos finances (et faites des économies en dormant)

Semaine 6 : Apprenez pourquoi investir ne veut pas seulement dire acheter des actions (et comment tirer le meilleur parti possible du marché)

Ramit Sethi

Ce livre vous aidera à :

  • Négocier auprès de votre banque – ou n’importe quel établissement financier – pour réduire vos frais ou pénalités.
  • Rembourser vos crédits et sortir de la dette rapidement.
  • Passer à des comptes bancaires sans frais de tenue de compte et autres frais bancaires excessifs.
  • Automatiser vos finances pour utiliser au mieux votre argent.
  • Economiser des centaines d’euros par mois (sans avoir à vous priver de tout).
  • Investir votre argent simplement sans être un pro de la bourse.
  • Gérer l’achat d’une voiture, d’une maison, payer un mariage ou préparer l’arrivée d’un enfant – ou gérer n’importe quelle autre dépense sans stress.
  • Obtenir une augmentation de revenus facilement.

C’est un des livres sur les finances personnelles les plus populaires, et pour une bonne raison : il est extrêmement complet et pratique.

Utilisez également les Massive Online Open Courses

Ces cours en ligne gratuits ouverts à tous et calqués sur les programmes d’universités prestigieuses. 

Libérez-vous de vos dettes rapidement  (Udemy)

— Vous avez des crédits ou dettes que vous avez du mal à rembourser, ou voudriez rembourser plus rapidement ? Ce MOOC vous aide à reprendre le contrôle de votre argent et à retrouver les bases d’une économie saine… sans pour autant se priver !

Ce que vous apprendrez

  • Sortir rapidement des dettes sans déposer un dossier de surendettement
  • Retrouver les bases d’une économie saine sans trop se priver
  • Mettre en place un plan d’action étape par étape pour reprendre le contrôle de vos finances
  • Mettre fin rapidement à votre premier crédit et devenir « un tueur en crédit »

Épargner et Investir  (Future Lean) – Gratuit

— Vous aimeriez mettre de l’argent de côté régulièrement, voire commencer à investir, mais avez le sentiment de ne rien y connaitre ? Ce MOOC de Future Learn vous aide à comprendre le fonctionnement du système financier ! L’objectif : vous familiariser avec les notions financières et bancaires, mais aussi avec le monde de l’investissement.

Ce que vous apprendrez

  • Dialoguer avec les intermédiaires financiers.
  • Avoir une meilleure compréhension des circuits qui permettent de mettre en relation l’épargnant et les entreprises qui ont besoin de notre capital pour investir.
  • Devenir familier du fonctionnement réel, au quotidien, des marchés
  • Connaître plus précisément le cadre de commercialisation des produits financiers, vos droits et les recours possibles.

Guide Pratique de Finances Personnelles  (Udemy)

— Ce MOOC à la fois complet et très bien construit a pour but de vous aider à analyser et comprendre votre situation financière, mais aussi faire des économies, commencer à épargner, construire votre budget et vos objectifs financiers à long terme.

Ce que vous apprendrez

  • Faire un bilan de la situation financière
  • Etablir un budget
  • Commencer à épargner de façon automatique

3/ Investissez et enrichissez-vous à long terme avec les effets de levier.

L’effet de levier consiste à s’endetter pour augmenter sa capacité d’investissement.

L’effet de levier désigne l’utilisation de l’endettement pour augmenter la capacité d’investissement d’une entreprise, d’un organisme financier ou d’un particulier et l’impact de cette utilisation sur la rentabilité des capitaux propres investis.

L’effet de levier est un moyen extrêmement puissant pour permettre aux actionnaires d’obtenir des rentabilités financières élevées. Mais plus le levier utilisé est élevé, plus l’effet boomerang peut être violent.

Prenons par exemple le cas classique de l’achat d’un bien immobilier destiné à la location avec un apport personnel de 20 % et un emprunt de 80 % de la valeur du bien acheté. Le levier est de 4 (80/20). L’effet levier sera positif si le loyer perçu est supérieur aux charges de l’emprunt et si le prix du logement augmente permettant de réaliser des plus-values à la revente. Mais si le propriétaire n’arrive plus à louer et si le prix des logements chute, l’effet de levier sera négatif et il peut devenir catastrophique comme cela s’est passé avec les emprunts subprimes aux États-Unis.

En effet, si l’emprunteur n’est plus en mesure de régler ses mensualités d’emprunt, son bien sera saisi et vendu dans de mauvaises conditions, parfois moins cher que le montant de l’emprunt qui reste à rembourser.

L’effet de levier se calcule en mettant en rapport le taux de rentabilité de l’actif économique après impôt et le coût de la dette. Plusieurs formules peuvent être appliquées, par exemple : effet de levier = (résultat d’exploitation – impôt – dette financière) / capitaux propres.

4/ Pratiquez/échangez !

Contrairement à ce que beaucoup pensent, investir ce n’est pas un pari, ni permet de s’enrichir du jour au lendemain. Bien investir est un outil important pour construire son patrimoine dans le temps, et consolider sa richesse.

Qu’est-ce qu’un club d’investissement ?

Né en France il y a près de quarante ans et existant dans plus de 20 pays, le club d’investissement est une formule d’épargne pédagogique conviviale et ouverte à tous. Il est composé de particuliers qui décident de mettre en commun une épargne mensuelle, d’un montant peu élevé, afin de constituer et de gérer ensemble un portefeuille collectif de valeurs mobilières (essentiellement des actions).

Mais au-delà de la constitution d’un capital, l’objet principal d’un club est de permettre à ses membres d’acquérir, par la pratique, à travers cette gestion en temps réel, les connaissances économiques, financières et boursières nécessaires à tous.

Aujourd’hui, et après leur Âge d’Or des années 90, les clubs d’investissement restent un élément important de l’actionnariat individuel français. Rassemblant plus de 120 000 actionnaires individuels actifs, ils contribuent à l’éducation financière de nos concitoyens. A leur service depuis 1969, la Fédération a réussi à séduire plus de deux millions de personnes dont beaucoup sont restées de fidèles clubistes alors même qu’elles avaient acquis les connaissances financières qu’elles étaient venues chercher.

A la découverte des clubs d’investissement…

close

Lancez votre blog avec la compil' des checklists !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *